Les Stratégies




Lundi 30 Avril 2018

Le partenariat qui se fait entre Monoprix et Amazon illustrent l’accord entre e-commerce et commerce physique, qui, sans surprise, a créé dans le secteur de la distribution une "turbulence" en France. C’est l’avis des experts joints par l'AFP.


Le partenariat Amazon/Monoprix illustre les "turbulences" dans la distribution

Qu’est-ce qu’on sait du partenariat en Monoprix et Amazon ?

Il s’agit d’un accord commercial avec notamment la filiale Monoprix qui vend les services de ses signes alimentaires à la clientèle du produit Amazon Prime Now basée à Paris ainsi que dans plus de vingt communes proches de la banlieue. C’est pour une livraison journalière. Il n’existe pas, en effet, une annonce sur la date exacte du démarrage de ce service. Toutefois, elle est très attendue le plus rapidement possible pour cette année.

S’agissant du prix, chaque marchandise aura la proposition du prix fixé selon la prévision tarifaire de toutes les deux sociétés, d’après le responsable d’Amazon en France Frédéric Duval. Cependant, il a tenu à clarifier qu’il n’existe pas une seule obligation sur l’alignement des prix. Pour Régis Schultz, président de Monoprix, ce sera les mêmes prix qui se font sur Monoprix.fr qui ajoute en tout cas que cette transaction reste rentable pour son groupe.

Selon un associé responsable au cabinet Deloitte, Jean-Marc Liduena, cet accord illustre parfaitement pour les revendeurs sur le web l’impératif de se rapprocher des distributeurs physiques. Pour la distribution physique, il s'agira de s’avancer vers le monde digital. Parmi les avantages pour ces deux sociétés, on note celui de devenir les premiers d’emboiter le pas dans cette vision et profiter d'un avantage sur la concurrence, a martelé M. Liduena.


Une étape dans la stratégie d'Amazon

Depuis la vente en 1995 de son livre premier sur l’internet, Amazon s'est élargi à la musique sur le digital sans oublier la vidéo. Désormais, le groupe s'intéresse même dans le domaine de la santé. Avec l’achat de Whole Foods, un câble de supermarchés américains bio, Amazon a atteint les 450 lieux de boutiques physiques ainsi que de suites pour ses bagages. Par ailleurs, il va faire des livraisons à domicile des services Whole Foods.

En France, l’accord avec Monoprix montre une sensibilité de fond, d’après le dirigeant de Bonial, Matthias Berahya-Lazarus qui est aussi expert dans la distribution. Selon lui, ils gardent en tête l’ensemble des courses de la population française en plus des courses alimentaires. Il poursuit en déclarant qu’Amazon garde toujours la même stratégie. Toujours selon Matthias Berahya-Lazarus, cette stratégie consiste à un accroissement de l’effectif des références, un élargissement de la diversité de  l'offre, mais aussi rendre Amazon une plaque incontournable pour tous les besoins des clients.

Par cette union avec la société Monoprix, considérée comme chère en tant que plaque de distribution, le groupe Amazon a fait le choix d’un emplacement à la fois de proximité et haut de gamme, a souligné Jean-Marc Liduena. Concernant la question de savoir si ce partenariat est un signe annonciateur de l'ouverture en France de boutiques physiques par Amazon, Frédéric Duval refuse les suppositions sur le futur.


Lundi 30 Avril 2018 Permalien