Le brasseur danois Carlsberg a annoncé lundi l'acquisition du fabricant britannique de boissons non alcoolisées Britvic pour 3,3 milliards de livres (environ 3,9 milliards d'euros). Cette décision survient deux semaines après le rejet d'une précédente offre.
"Les conseils d'administration du groupe Carlsberg et de Britvic PLC ont annoncé aujourd'hui qu'ils étaient parvenus à un accord sur les conditions de l'offre faite par Carlsberg UK, filiale à 100% de Carlsberg, en vue d'acquérir la totalité des actions ordinaires émises et à émettre de Britvic", a déclaré le groupe danois dans un communiqué.


Carlsberg va acquérir Britvic pour 3,3 milliards de livres
Valorisation et prime pour les actionnaires

L'acquisition de Britvic, qui embouteille également des produits de PepsiCo pour le marché britannique, valorise son capital à 3,3 milliards de livres, soit 200 millions de livres de plus que l'offre précédente de Carlsberg mi-juin, qui valorisait Britvic à un peu plus de 3,1 milliards de livres.

Les actionnaires de Britvic bénéficient d'une prime de 7,9% par rapport au cours de clôture de vendredi et de plus de 36% par rapport au cours de l'action il y a un mois. Britvic est connu pour ses marques telles que les jus Robinsons, les boissons non alcoolisées Tango, et en France, les sirops Teisseire.
En incluant les dettes de Britvic, qui s'élèvent à près de 700 millions de livres au 31 mars, la valeur totale de l'entreprise atteint 4,1 milliards de livres (environ 4,8 milliards d'euros).

Un groupe international élargi

"La transaction proposée crée un groupe international élargi, bien placé pour saisir les opportunités de croissance dans plusieurs secteurs des boissons", a souligné Ian Durant, président du Conseil d'administration de Britvic, dans un communiqué publié auprès de la Bourse de Londres.

Pour rester compétitif dans un marché marqué par la tendance à la consolidation croissante parmi les partenaires d'embouteillage, l'accord de Carlsberg avec PepsiCo fournit au groupe combiné une plateforme solide, a-t-il ajouté. PepsiCo a notamment accepté de renoncer à la clause de changement de contrôle figurant dans son contrat avec Britvic, ce qui aurait pu signifier la fin de leur accord d'embouteillage.

Performances financières et perspectives

Britvic a également publié lundi un chiffre d'affaires en hausse de 6,3% à plus de 500 millions de livres pour son troisième trimestre décalé achevé fin juin, indiquant que "la demande pour nos marques reste forte, alors que nous entrons dans la période commerciale clé de l'été".
Malgré cette progression, le marché s'attendait à de meilleurs résultats, et le titre de Britvic en Bourse n'a progressé que de 4,21% lundi peu après 07H30 GMT, tandis que celui de Carlsberg gagnait 3,34% à Copenhague.

Richard Hunter, analyste chez Interactive Investor, a noté que cela "laisse potentiellement la porte entrouverte à de nouveaux développements sur l'acquisition proposée", suggérant que des ajustements ou des offres supplémentaires pourraient encore émerger dans le cadre de cette transaction stratégique pour les deux entreprises.