La bourse de Paris est attendue sur une note calme, d’autant que Wall Street est fermée. Une nouvelle remarquable vient de secouer le monde financier : Nvidia a surpassé Microsoft pour devenir la première capitalisation boursière mondiale. En seulement deux semaines, Nvidia, qui avait déjà pris la deuxième place devant Apple, a maintenant dépassé Microsoft. Avec une progression de 3,5% mardi à New York, la capitalisation boursière du fabricant de puces graphiques atteint 3 335 milliards de dollars, devançant Microsoft d’environ 20 milliards de dollars. Apple se place troisième avec une capitalisation de 3 290 milliards de dollars.
Depuis le début de l’année, Nvidia a connu une croissance fulgurante de 174%, propulsée par l’évolution technologique vers l'intelligence artificielle. Les plus grandes entreprises se tournent vers Nvidia pour leurs besoins en AI, renforçant ainsi la position de l’entreprise sur le marché. "Les investisseurs essaient de prendre le train en marche aussi longtemps qu'ils le peuvent avec Nvidia", déclare Ken Mahoney de Mahoney Asset Management.


Nvidia sur le toit du monde des capitalisations, l’inflation britannique touche au but
Contexte économique aux États-Unis
 
Pendant ce temps, le S&P 500 et le Nasdaq Composite ont atteint de nouveaux sommets, soutenus par l'espoir d'un assouplissement de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed). Les faibles chiffres des ventes au détail de mai montrent un consommateur américain en difficulté, ce qui pourrait inciter la Fed à abaisser ses taux d’intérêt. "Les données reflètent clairement un changement dans le comportement des consommateurs, qui deviennent plus conservateurs sous la pression des taux d'intérêt élevés et de l'épuisement de l'épargne accumulée durant la pandémie," explique Rodrigo Catril, stratège chez National Australia Bank.
 
Les membres de la Fed ont réitéré la nécessité de preuves supplémentaires d'un ralentissement de l'inflation. Bien que l'inflation annuelle soit à 3,3% en mai, elle reste éloignée de l'objectif fixé par la banque centrale.

Inflation britannique en baisse
 
Au Royaume-Uni, pour la première fois depuis juillet 2021, l'inflation annuelle a atteint l'objectif de 2% fixé par la Banque d'Angleterre (BoE). Ce ralentissement, de trois dixièmes par rapport à avril, est conforme aux attentes du marché. L'inflation des services, un indicateur clé pour la BoE, est passée de 5,9% à 5,7% en mai. Malgré ce retour à la cible d'inflation, la banque centrale devrait maintenir son taux directeur à 5,25% lors de sa réunion demain. La BoE a précisé qu'un retour à l'objectif d'inflation ne serait pas suffisant pour entamer une nouvelle phase de son cycle monétaire. Les économistes interrogés par Bloomberg anticipent une première réduction des taux en août, tandis que les marchés monétaires prévoient cette réduction en novembre.
Les Bourses européennes devraient rester proches de leurs niveaux de clôture ce mercredi. L’activité sera limitée en raison de l'absence de direction provenant de Wall Street, fermée pour "Juneteenth", qui commémore l'émancipation des esclaves aux États-Unis.
 
Nvidia continue de surprendre le monde financier par sa progression rapide, tandis que les tendances économiques aux États-Unis et au Royaume-Uni montrent des signes contrastés de ralentissement et de stabilisation. Les investisseurs restent attentifs aux décisions des banques centrales et aux performances des grandes entreprises technologiques.