La stratégie de Jack Ma pour calmer Pékin en se séparant d’Ant Group
Après avoir été longtemps dans le collimateur de pékin et écopé d’une amende jamais infligée en Chine pour pratiques anticoncurrentielles, le géant Jack Ma reste toujours sous les feux des projecteurs et ce via la Fintech Ant Group. En effet, après Alibaba, c’est au tour d’Ant Group d’être sous pression des autorités. Une situation qui pourrait s’atténuer si le groupe s’attèle à écarter son fondateur et dont celui-ci s’intime à faire. 
L’éventuelle passation des parts d’Ant Group par Jack Ma

Après plusieurs réunions avec les régulateurs chinois, Ant Group pourrait bien avoir trouvé le moyen de revenir dans les bonnes grâces à savoir un relâchement de sa surveillance à travers la promesse d’évincer Jack Ma.
Jack Ma qui était déchargé de ses obligations en tant que dirigeant du géant e-commerce Alibaba et contraint à céder sa participation estimée à plusieurs milliards de dollars au sein de la Fintech pourrait bien être contraint par Ant Group à céder ses parts du groupe.
Une solution qui avait été proposée par Jack Ma aux autorités de l’empire du milieu, qui est maintenant relayé par des sources étroitement liées aux régulateurs locaux et à l’entreprise, comme étant une solution de sauvegarde de l’indépendance de la Fintech.
 
Les autorités aux affûts du moindre geste des entreprises

Malgré les nombreuses réunions et entretiens qui ont eu lieu essentiellement entre janvier et mars, entre Jack Ma et Ant Group, les deux parties continuent de démentir un quelconque désengagement de Jack Ma par rapport au groupe. Ainsi, comme le cite le porte-parole de l’entreprise Ant Group, « la cession de la participation de monsieur Ma dans Ant Group n’a jamais fait l’objet de discussions avec quiconque ».
Autant de contradictions qui ne représenteraient qu’un moyen de détourner l’attention des autorités chinoises pour permettre de trouver un accord définitif ou simple communication ?  Toujours est-il qu’on ne connait pas encore l’identité de ceux qui reprendraient les parts du grand leader qui devient de plus en plus indésirable sur son propre pays. Un fait qui n’en laisse pas certains dans l’inquiétude à l’endroit du grand géant de par la quasi-inexistante communication ou d’apparition de sa part durant ces derniers mois.
 
Une opportunité à saisir pour Ant Group
 
Ayant vu son introduction en bourse ajourné par les autorités, Ant Group espère toujours revenir dans les bonnes grâces de Pékin et ce par l’intermédiaire d’une éventuelle éviction de Jack Ma du groupe. Une action qui n’empêchera pas non plus la restructuration d’Ant pour ne se focaliser que sur son activité première qui est le paiement en ligne.








Indices & cotations avec L'Usine Nouvelle