Cajoo fait partie d'un groupe de startups qui tentent de créer une toute nouvelle catégorie de livraisons d’épicerie. La société exploite des dark stores et gère son propre inventaire de produits lui permettant d’offrir un service ultra rapide. Les clients peuvent alors commander des articles sans avoir à se demander s'ils seront à la maison au moment de la livraison puisque la commande est livrée en 15 minutes environ. La startup française lève 40 millions de dollars afin de mieux se positionner dans la nouvelle catégorie très compétitive des entreprises de livraison rapide. Fait intéressant, le principal investisseur dans le tour de table de ce Jeudi 0é Septembre est le géant des supermarchés Carrefour.


La startup de livraison Cajoo s'associe à Carrefour et lève 40 millions de dollars
Carrefour, un atout unique !

Débarquer dans un supermarché en tant que partenaire stratégique donne à Cajoo un avantage considérable. En effet l'investissement de Carrefour n'est pas qu'un investissement financier. La startup bénéficiera d’une grande palette de produits et pourra ainsi diversifier son offre. Autre avantage non moins important, Cajoo pourra également s'appuyer sur le réseau logistique de Carrefour pour la livraison des marchandises dans ses hubs.

Selon le cofondateur et CEO de la startup Henri Capoul, Cajoo achètera une partie de son assortiment chez Carrefour mais continuera à s’approvisionner auprès de grandes et petites marques.

Un déploiement en France d'abord

Avec 40 millions de dollars sur son compte bancaire, Cajoo veut maintenant consolider sa solide position sur le marché français. Le service est actuellement disponible dans 10 villes françaises : Paris, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret, Boulogne-Billancourt, Lille, Lyon, Toulouse, Bordeaux et Montpellier.
Cajoo est actuellement la seule entreprise française opérant à cette échelle dans cette catégorie. Il est donc clair que l'entreprise se veut leader du marché en France d'abord. Ceci n’empêche pas les fondateurs d’envisager déjà d'autres marchés comme la Belgique, l'Italie, l'Espagne, peut-être le Portugal ou les pays d'Europe de l'Est. Si on en croit Capoul, Cajoo commencera à se développer en Europe au début de l'année prochaine.

Mais d'abord, l'entreprise veut agrandir son équipe. Le nombre d'employés travaillant au siège va doubler d'ici la fin de l'année. Les équipes d'exploitation et de livraison connaîtront également une croissance assez importante. La société s'attend à une multiplication par cinq d'ici la fin de l'année sur ce front. La concurrence arrive à grands pas, mais Capoul espère qu'être premier et français aidera Cajoo à rester à la première place.







Indices & cotations avec L'Usine Nouvelle