Industrie 4.0 : Renault choisit Google Cloud pour sa transformation digitale

Un contrat entre Renault et Google pour la transformation digitale du géant de l’automobile et cela grâce à la valorisation des données industrielles. Le contrat va durer plusieurs années et le montant du reste confidentiel. Pour Google ce sera un moyen de se mesurer à une réalité d’un métier bien particulier qui est de la construction de l’automobile. L’annonce a été faite ce 9 juillet et cela pour accélérer la digitalisation du système de production du constructeur automobile français. Nous, révèle François Lavernos, qui est VP Manufacturing et Supply Chain Is à Renault.  

L’objectif du partenariat

François Lavernos déclare que Renault vise une alliance de longue durée qui va s’étendre sur plusieurs années. Bien que le montant du contrat n’ait pas été révélé, les objectifs de cette collaboration restent toutefois clairs. En effet, depuis 2016, Renault développe sa propre plateforme pour la connecter mais aussi pour agréer les données industrielles de 22 sites du groupe de l’automobile et aussi les données de plus de 2500 machines. De ce fait, ce partenariat qui a débuté au début de l’année 2020 sera pour optimiser cette plateforme en valorisant la data. Ainsi, François Lavernos ajoute-il qu’ils travaillent déjà avec Google Cloud et cela depuis plusieurs années. C’est dans ce sillage que la nouvelle alliance sera d’accélérer l’ensemble de ces initiatives mais aussi de les sécuriser pour qu’elles donnent toute la valeur qu’elles doivent donner.

Réduction de la consommation d’énergie des lignes de peinture  

Toujours sur le résultat de ce partenariat, il y a l’optimisation de la consommation d’énergie sur les lignes de peinture qui consomment beaucoup d’énergies surtout en matière de chauffage, de ventilation et d’hydrométrie. De ce fait, avec cette alliance, cela permettra de réduire la consommation d’énergies de 10 à 30 %. Le processus utilisé sera de capter l’ensemble des paramètres sur les installations et utiliser la machine Learning. Ce procédé sera aussi utilisé pour les centres d’usinage. Ainsi, les données récoltées qui devaient servir à la prédiction des pannes de robots vont être utilisées pour mieux gérer la consommation de l’énergie.  
Pour Google, cette alliance sera un moyen de chercher une expertise métier et de se confronter à une réalité. Surtout quand on sait que parmi les enjeux actuels de l’industrie 4.0, il y a la standardisation de la data. Avec les robots de Renault qui n’appartiennent pas à la même génération ce sera u bénéfique pour Google. 








Indices & cotations avec L'Usine Nouvelle