​La stratégie de Huawei pour remplacer Google Android

L’entreprise chinoise spécialisée dans les TIC va devoir bientôt se passer du système d’exploitation de Google Android, sur ses smartphones. Du fait des tensions qui secouent les États-Unis d’Amérique et la Chine depuis un moment, Huawei va devoir apprendre à se débrouiller seul. En effet, un décret américain annonçait récemment que le groupe chinois ne pourrait plus avoir accès aux services de Google. Comme on pouvait s’y attendre, le groupe chinois a réagi sans attendre suite à ce décret. Huawei n’attend surtout pas la mise en application dudit décret pour commencer à chercher d’autres alternatives. Les logiciels de Google dont Huawei devrait bientôt se priver concernent notamment le système d’exploitation Androïd utilisé par le groupe chinois.  Cela suppose que Huawei devra lancer sa propre marque, pour que ses utilisateurs aient accès aux services qu’ils avaient via la version open source Android de Google. De son coté, Google devra respecter cette interdiction au cas où la mise en application du décret est effective.

Impliquer les opérateurs de télécommunication et les consommateurs

Si Google n’est plus en mesure de fournir ses services à Huawei, un schéma dans lequel les opérateurs de télécoms seront considérés comme intermédiaires est fortement envisagé. En effet, sur la base de forfaits téléphoniques vendus aux abonnés, ces fournisseurs pourraient y glisser une licence pour leur permettre d’avoir accès à Android. Ainsi, dès que le consommateur souscrit à l’offre de l’opérateur et l’active sur son smartphone, il pourrait ainsi avoir la licence, à travers une connexion au réseau de son opérateur.  Si cette alternative parait assez réaliste et faisable, elle nécessite toutefois une certaine entente. Les trois parties concernées à savoir le groupe Huawei, Google et les opérateurs de télécommunications devraient pouvoir y trouver leurs intérêts. Toutefois, les opérateurs américains ne pourraient pas jouer ce rôle de fournisseurs. Il faut savoir que ceux-ci sont autant concernés par l’interdiction du décret que le géant californien. Ils ne pourront donc pas proposer leurs abonnements aux chinois. Par ailleurs, les clients de Huawei pourraient constituer un moyen pour l’entreprise chinoise de faire pression sur Washington. L’option selon laquelle les clients puissent avoir leur licence auprès de Google est aussi envisagée.

Conception d’un système d’exploitation signé Huawei

Ce dernier décret pris à Washington a fait comprendre au groupe chinois, qu’il dépendait un peu trop de Google. De ce fait, Huawei commence à envisager la possibilité de concevoir son propre système d’exploitation qui pourrait concurrencer Android et l’IOS du groupe Apple.  De ce fait, bon nombre d’idées ont déjà commencé à jaillir au sein de l’entreprise. Le plus grand défi, sera toutefois de trouver des développeurs capables de créer un système d’exploitation performant, dans un environnement aussi concurrentiel. Surtout si l’intérêt des clients pour le smartphone en  dépend. Le groupe chinois sait qu’il ne sera pas facile d’imposer un nouveau système d’exploitation. Pour preuve, les entreprises telles que Blackberry ont tenté cette option et cela s’est soldé par un échec. Toutefois, Huawei a l’air décidé à s’engager dans ce secteur, avec un objectif des plus réalistes.
 
 








Indices & cotations avec L'Usine Nouvelle