Analyses




Lundi 13 Janvier 2014

6.6% de la population française est sourde ou malentendante. Un peu plus de 600 000 personnes sont appareillés pour mieux entendre. Ce business n’arrête pas de se développer, et permet de plus en plus de trouver ou retrouver un sens perdu.


L’audition : une industrie au son innovant
Le multimédia : accélérateur de besoin et de technologie

Internet, mais aussi la télévision, le téléphone : le cercle vertueux pour améliorer l’audition peut s’accrocher aux technologies high-tech. Par exemple, rien de tel pour les sourds que de disposer d’un téléphone vidéo portable capable ainsi de communiquer par le langage des signes. Hélas, il n’est pas prévu ni par les opérateurs ni par les fabricants de téléphones de privilégier les personnes malentendantes dans cet achat ruineux.
Les personnes âgées peuvent elles-aussi bénéficier de produits techniques pour mieux entendre sans prothèse auditive. Pour regarder la télévision, les casques infrarouges ont fait leur apparition et restent tout à fait appropriés pour cette population à la feuille un peu dure.

Les téléphones sont aussi adaptés pour les personnes âgées qui n’entendent presque plus rien. Le suédois Doro commercialise des téléphones où le volume peut être adapté à une oreille particulièrement malentendante. Cependant, il s’agit avant tout d’un produit pour personnes âgées.
La produits adaptés pour les malentendants de naissance ou au cours d’un traumatisme sont encore trop peu nombreux. Le marché des personnes âgées beaucoup plus porteur, empêche les industriels de s’intéresser spécifiquement aux « vrais malentendants ».

Une commercialisation galopante

Depuis 1998, les enseignes Audika fleurissent dans tous les centres villes. Ces boutiques commerciales, et non paramédicales, sont avant tout spécialisées dans l’accès à l’audition. Auparavant, les opticiens disposaient d’un rayon souvent sommaire de sonotones.

Ce Groupe a flairé le marché pas du tout mature, et de fait reste quasiment en monopole aujourd’hui sur ce créneau.
Audika reste prioritairement porté sur des cibles clientes spécifiques : les personnes âgées. Tous les produits évolués, mais d’une utilisation intuitive très élevée représentent un florilège de possibilités pour les personnes qui ont passé le cap du troisième âge.

Le Groupe Audika reste tout de même centré sur l’audition. Alors, l’idée de commercialiser des bouchons protecteurs d’oreilles très spécifiques s’avère un différenciateur important au niveau commercial.
Ainsi, Marion, atteinte d’une hyperacousie, à savoir qui « entend trop bien » : tout bruit la perturbe et la stresse, a retrouvé une vie normale en utilisant des bouchons auditifs en silicone qui permettent d’atténuer le bruit de quelques décibels.

De la même manière, les musiciens ont recours à de tels bouchons ergonomiques, mis à la forme de l’oreille pour n’entendre que leur instrument dans un orchestre et ainsi se concentrer sur leur instrument. Il ne s’agit pas de boules Quies, mais de filtres qui ont la faculté de laisser passer une certaine longueur d’onde.

Quel avenir commercial pour les malentendants ?

Les enseignes sont encore trop peu nombreuses pour rentrer réellement en concurrence. Un effort est effectué pour les personnes âgées mais le secteur n’est pas encore suffisamment mature pour se segmenter. Espérons que les choses évoluent aussi vite pour les vrais malentendants que pour les personnes âgées.

Lundi 13 Janvier 2014 Permalien