Les Stratégies




Jeudi 19 Septembre 2013

De simple paroi destinée à laisser filtrer la lumière, le verre devient un véritable concentré de haute technologie grâce à des recherches et des innovations toujours plus poussées. Saint-Gobain est le premier un acteur de ce bouleversement. Le groupe français fait même partie des pionniers dans l'application de concepts de haute technologie sur les produits du verre.


Usine Saint-Gobain - Crédit photo :  	Pierre-Alain Dorange
Usine Saint-Gobain - Crédit photo : Pierre-Alain Dorange
L'appel de l'innovation... sous la pression financière

« Dans les cartons » depuis plusieurs années, les nouveaux concepts de verre de Saint-Gobain gagnent en notoriété dans les cercles professionnels, mais aussi auprès des clients privés et du grand public. Cette éclosion naît de la volonté de l'enseigne française de se distinguer de la concurrence, grâce à des produits uniques et originaux, qui seront automatiquement associés à son image. Car, dans un marché mondial où l'innovation est plus que jamais un gage de réussite, le groupe ne pouvait faire autrement. La recherche de l'inédit n'est toutefois pas le seul motif derrière le lancement de ces verres de haute technologie signés Saint-Gobain.

Le leader mondial des matériaux de construction pâtit dernièrement d'une réduction de ses marges, contexte de crise et de conjoncture économique oblige. Miser davantage sur les verres d'un nouveau genre permet dès lors à Saint-Gobain de s'ouvrir à une nouvelle clientèle haut de gamme. Une telle direction renforcerait la marge opérationnelle du groupe, qui se prémunit ainsi de la concurrence des autres producteurs de verre à moindre coût. D'autant plus que les produits novateurs de l'enseigne se déclinent en plusieurs catégories, chacune considérée comme un relais de croissance de la marque dans un avenir proche.

Un seul chiffre résume cette ambition : l'entreprise souhaite réaliser au moins 100 millions d'euros de chiffres d'affaires avec sa filiale Quantum Glass, entièrement positionnée sur le segment des verres high-tech. Sans oublier ses quatre autres filiales – Saint-Gobain Glass (verre plat), Glassolutions (verre pour le bâtiment), Sekurit (vitre de voitures) et Saint-Gobain Solar (verres de panneaux photovoltaïques) –, qui assurent déjà 22 % des revenus du groupe, revenus estimés à 43 milliards d'euros en 2012.

Des verres à très haute valeur ajoutée

Si Saint-Gobain s'intéresse tant aux verres de haute technologie, c'est pour une raison toute simple : ils se vendent à prix d'or sur le marché. Les créations high-tech du groupe répondent en effet à des impératifs d'ordre architectural, sociétal ou pratique, que les clients, designers et architectes eux-mêmes ont fixés. Ces contraintes poussent les ingénieurs et chercheurs de l'enseigne française à se dépasser et à proposer des produits aussi uniques que fonctionnels et ergonomiques.

Le catalogue de Glassolutions s'est ainsi enrichi dernièrement de nouvelles gammes de verres d'aménagement intérieur. Des plaques de verres mélangés à du tissu – le TEX GLASS – aux cloisons sans armatures apparentes CLIP-IN, les déclinaisons de verres d'intérieur chez Glassolutions sont nombreuses. Comme chaque modèle est conçu pour répondre aux besoins spécifiques de certains clients, les verres high-tech de l'enseigne assurent une multitude de fonctions. Certains font office de supports d'image intégrées dans la structure, d'autres se muent en plaques chauffantes ou en revêtements éclairants. La technologie PRIVA-LITE va encore plus loin : ce verre passe de l'état transparent à translucide en quelques secondes, grâce à une simple commande d'interrupteur.

Une innovation permanente, une stratégie à long terme

Encore inaccessibles au grand public aujourd'hui, les verres high-tech de Saint-Gobain devraient l'être d'ici 15, 20 ans. Tel est le souhait des dirigeants du groupe, qui prévoient d’intégrer l'innovation technologique au cœur de leur stratégie commerciale sur le long terme. Selon Sylvain Bredin, DG de Glassolutions, la plus grande difficulté n'est plus de concevoir et de créer des verres répondant aux aspirations de la clientèle. Des idées avant-gardistes, la firme en a « plein les tiroirs », affirme-t-il. Le plus grand obstacle consiste plutôt à trouver le bon équilibre entre le coût, les capacités de production du groupe et la demande du marché. La démocratisation de ces produits encore « élitistes » ne pourra se faire qu'une fois cette condition remplie.

Des indices encourageants tendent à confirmer que Saint-Gobain est en passe de franchir ce cap. Glassolutions, à travers sa filiale américaine Sage Electrochromics, s'apprête à commercialiser des produits de vitrage d'un nouveau genre : les verres électrochromes. Ces verres dits actifs changent de teinte selon la saison, l'atmosphère et l'ensoleillement, un processus que l'utilisateur peut gérer à souhait. L'usine de Sage Electrochromics, basée au Minnesota, produira environ 300 000 m² de vitrages électrochromes chaque année. Elle deviendra au passage la première – et la plus grande – unité industrielle de verres électrochromes au monde. Le groupe n'écarte pas la possibilité d'installer une usine du même genre en Europe, si les ventes suivent.