Les Organisations




Mercredi 4 Septembre 2013

Le très célèbre horloger Swatch élargit son domaine d'activités en entrant de plain-pied dans l'univers de la joaillerie.


Swatch fait ses débuts sur le marché de la joaillerie
Depuis bien longtemps, le groupe suisse désirait faire sienne cette branche qui fait l'apologie du luxe et de l'exception. La notoriété de Swatch est déjà mondialement reconnue sur le secteur de l'horlogerie. Mais il manquait au groupe une référence emblématique pour disposer d'une assise encore plus importante. C'est désormais chose faite, car depuis janvier 2013, Swatch a acquis l‘intégralité de la prestigieuse maison de joaillerie Harry Winston.

Swatch devient le propriétaire d'Harry Winston, le roi des diamants

Les aspirations du groupe suisse Swatch d'étendre son empire se cristallisent petit à petit. Depuis quelques années, une certaine partie des opérations effectuées par la firme suisse a en effet été constituée par la diversification de ses activités. En 2000, l'enseigne s'est par exemple lancée à sa manière dans le secteur des bijoux, en commençant par proposer des articles au sein des réseaux de distribution de ses marques Swatch ou Bréguet. 13 ans après, c'est sur le marché de la joaillerie que le groupe entend faire sa nouvelle percée. Et de la plus belle des manières, car en faisant l'acquisition d'Harry Winston, Swatch s'approprie l'une des plus grandes marques mondiales, une référence communément considérée comme « le joaillier des stars » ou tout simplement « le roi des diamants ».

Harry Winston, enseigne incontournable dans l'univers de la joaillerie

Harry Winston est une pointure incontournable dans l'univers de la joaillerie. Exerçant depuis 1932 dans ce domaine, cette enseigne demeure célèbre pour nombre de ses chefs-d'œuvre admis au rang de pierres de légendes dans l'histoire de la joaillerie. Il en est ainsi du Taylor-Burton, un exceptionnel diamant de 69,42 carats taillé par Harry Winston, que l'acteur Richard Burton a offert à sa dulcinée Liz Taylor. La liste des réalisations du joailler est longue, et sa place au niveau de l'échiquier mondial est unanimement reconnue. D'autant plus qu'il détient notamment des pièces hors du commun, comme le diamant Hope, une pierre bleue, passée entre les mains de quelques privilégiés seulement, dont Louis XIV et Marie-Antoinette. S'offrir cette marque d'une telle renommée est essentiel pour Swatch, dans le dessein d'élargir son rayonnement. Évalué à 1 milliard de dollars, le montant des transactions témoigne tout simplement de la hauteur des ambitions du nouvel acquéreur.

Swatch en quête de diversification

Les premiers pas du groupe Swatch dans le secteur de la joaillerie ne sont pourtant pas un événement si récent. Une collaboration dans ce sens avait été signée entre l'horloger suisse et l'enseigne Tiffany & Co. En vertu de cette convention, Swatch avait eu en charge la production des montres de joaillerie de cette dernière. Après un désaccord entre les deux firmes, le partenariat a prématurément pris fin, annihilant le désir caressé par le groupe suisse d'imposer son nom dans le secteur. Pour le groupe Swatch, cette récente acquisition d'Harry Winston n'est donc que la poursuite d'une histoire entamée il y a déjà quelques années.

Une nouvelle dimension pour le groupe Swatch

Par le biais de son nouvel achat, Swatch conforte son positionnement mondial dans l'horlogerie tout en opérant le judicieux élargissement de son domaine d'activités vers la joaillerie. Célèbre depuis toujours pour ses montres Swatch à la finition plastique, multicolores et aux prix accessibles, l'horloger suisse compte déjà sous son giron un large éventail de marques, des plus basiques au plus prestigieuses. Parmi ses signatures les plus luxueuses, les marques Breguet ou Omega sont aujourd'hui des références planétaires. En outre, les montres Flik-Flak destinées aux enfants font l'unanimité. De son côté, Harry Winston est plus connu dans la joaillerie, malgré une branche consacrée à l'horlogerie. La marque américaine réalise en effet 25 % seulement de son chiffre d'affaires dans ce dernier segment, quand 75 % est engendré par la vente de pierres et de bijoux. Swatch devra soutenir les activités d'Harry Winston dans la joaillerie, mais également concentrer ses efforts dans l'objectif de dynamiser la division horlogère de sa nouvelle marque. De nouvelles perspectives de concurrence devront se dessiner dans l'univers de la joaillerie dans les mois à venir, car le groupe suisse va se confronter sur le marché aux autres grands noms de la joaillerie. Des références comme Bulgari, sous le contrôle de LVMH, Cartier, appartenant au groupe suisse Richemont, ou Graff seront les concurrents directs de Swatch sur le segment.