Les Stratégies




Lundi 5 Octobre 2015

Une enquête réalisée par le cabinet de conseil Arthur D. Little et intitulée "Étude Mondiale sur la Mobilité Automobile" révèle la vision des consommateurs sur le co-voiturage, la voiture autonome et la mobilité électrique.


Les mégatendances sur le marché du co-voiturage
Arthur D. Little a analysé en détail trois « mégatendances » sur le co-voiturage, la voiture autonome et la mobilité électrique. Soixante-cinq mille consommateurs provenant de 10 marchés de l’industrie automobile ont été interrogés. Les résultats montrent que les consommateurs ont conscience de l’existence de ces tendances mais identifient des barrières à leur développement. Par exemple, l’enthousiasme pour la voiture autonome est en réalité plutôt limité à cause des préoccupations sécuritaires notamment. Seulement un tiers des personnes interrogées affirment qu’elles seraient prêtes à utiliser une voiture autonome. En France, 42 % des personnes interrogées ne souhaitent pas utiliser une voiture autonome, 30 % hésitent, et seulement 28 % l’envisagent favorablement. De même, les perspectives pour la mobilité électrique sont limitées à court-terme. Les principaux obstacles bloquant l’essor des ventes de véhicules électriques restent avant tout des prix élevés (64 %), la faible largeur de gamme proposée (53 %) et un nombre insuffisant de bornes de recharge (41 %).
 
Le co-voiturage est considéré uniquement comme un complément au véhicule privé sur la majorité des trajets du fait des contraintes associées à sa pratique. « Les constructeurs automobiles font face à un immense défi de communication pour convaincre leurs clients mal informés d’utiliser des voitures autonomes, même si à long terme, elle va significativement augmenter le nombre de passager-kilomètres parcourus » affirme Wolf-Dieter Hoppe, Directeur Associé de la practice Automotive chez Arthur D. Little. L’équipe a également abordé la question des entreprises auxquelles les consommateurs accordent une confiance totale dans leur capacité à produire en série des voitures autonomes fiables. Alors que la plupart de celles proposées dans l’étude bénéficient d’une forte confiance des consommateurs seulement sur leurs marchés domestiques, Google et Apple obtiennent les meilleurs scores à l’échelle mondiale.
 
L’étude révèle également que la notion de mobilité est en train de changer profondément dans la tête des consommateurs, particulièrement dans les mégalopoles internationales, où les problèmes actuels d’embouteillage et de pollution ne semblent plus pouvoir être résolus par des concepts classiques. Le co-voiturage et les nouveaux services de mobilité y joueront par conséquent un rôle important. Mais une des hypothèses clés récentes que, l’importance de posséder une voiture allait significativement diminuer face particulièrement à l’augmentation de la pratique du co-voiturage, semble réfutée. Comme Wolf-Dieter Hoppe le fait remarquer, « le co-voiturage ne remplacera pas le véhicule privé. Il reste à ce jour considéré comme une option supplémentaire de mobilité ».