Les Stratégies




Vendredi 20 Octobre 2017

TAXIFY, start-up estonienne qui travaille déjà avec plus de 5000 chauffeurs sur sa plateforme en France, lance ses activités ce jeudi 5 octobre 2017. TAXIFY, dirigé par un jeune homme de 23 ans, Markus VILLING, s’affiche comme l’un des plus importants rivaux d’UBER dans le vieux continent et en Afrique. Ainsi la plateforme estonienne offrira ses premiers services de taxi, dans la Capitale française, à des tarifs moins chers que ceux proposés par UBER.

TAXIFY, start-up estonienne qui travaille déjà avec plus de 5000 chauffeurs sur sa plateforme en France, lance ses activités ce jeudi 5 octobre 2017. TAXIFY, dirigé par un jeune homme de 23 ans, Markus VILLING, s’affiche comme l’un des plus importants rivaux d’UBER dans le vieux continent et en Afrique. Ainsi la plateforme estonienne offrira ses premiers services de taxi, dans la Capitale française, à des tarifs moins chers que ceux proposés par UBER.
TAXIFY, start-up estonienne qui travaille déjà avec plus de 5000 chauffeurs sur sa plateforme en France, lance ses activités ce jeudi 5 octobre 2017. TAXIFY, dirigé par un jeune homme de 23 ans, Markus VILLING, s’affiche comme l’un des plus importants rivaux d’UBER dans le vieux continent et en Afrique. Ainsi la plateforme estonienne offrira ses premiers services de taxi, dans la Capitale française, à des tarifs moins chers que ceux proposés par UBER.


Le concurrent d’Uber Taxify débarque dans la capitale française
Le service de TAXIFY
 
TAXIFY a mis en service un système de réservation qui va relier des chauffeurs privés à des clients. Ainsi il compte bien se faire une place dans le segment des VTC avec cette arrivée en Hexagone. L’application TAXIFY compte déjà 2000 chauffeurs qui sont actifs et 5000 autres qui sont prévus. L’application est d’ores et déjà accessible sur les systèmes de réservation depuis ce jeudi matin. L’ambition de TAXIFY est précisément, occuper près de 33% du secteur très rentable des VTC à Paris, en un temps record en suggérant des trajets et des prix défiant toute concurrence. 

Les premiers pas de TAXIFY sont très positifs, quelques heures seulement après la mise en service de l’application. Les tarifs proposés se distinguent nettement avec ceux du concurrent direct, en l’occurrence UBER. Ceci sera hautement visible durant tout le mois d’octobre avec une diminution de 50% pour les débuts de TAXIFY. Par exemple, pour un parcours de 20 minutes entre Paris-centre et Paris-ouest, la start-up estonienne propose un tarif entre 6,95 et 7,70 euros, là où son rival américain facture jusqu’à 14,89 euros. Le même constat est fait pour un trajet allant de Paris contre jusqu’à l’aéroport  Roissy-Charles de Gaulle, UBER facture 45 euros alors que TAXIFY propose 20 à 22 euros.
 

Les ambitions de TAXIFY
 
Autre coup de maitre de TAXIFY, c’est qu’il paie mieux ses chauffeurs avec seulement 15% de commission prélevée. UBER, lui, en prélève 25% à ses chauffeurs. Avec ces rémunérations avantageuses, TAXIFY entend satisfaire ses chauffeurs leur permettant de toucher plus et d’être dans des conditions meilleures. C’est cette vision qu’a le propriétaire de TAXIFY, Markus VILLING qui considère qu’un chauffeur satisfait, rendra le même enthousiasme à son client. La start-up estonienne n’est pas novice dans le secteur des VTC, car depuis l’année dernière, elle présente un chiffre d’affaires évalué à près d’une dizaine de millions d’euros. Ce qui témoigne d’une expérience robuste et reconnue dans le secteur, ce depuis 2013, date de sa fondation en Estonie.

Cette force de TAXIFY n’est sans doute pas étrangère à l’un des plus rugueux concurrents d’UBER. Il s’agit de DIDI CHUXING, géant chinois de réservation de courses, mises en valeur à 50 milliards de dollars qui a racheté même les parts d’UBER en Chine. En effet, DIDI CHUXING est derrière la start-up estonienne. Avec ce tutorat non négligeable, TAXIFY compte mettre son empreinte dans le marché des VTC à Paris. Il compte également étendre ses ailes dans d’autres villes françaises d’ici un an. Cependant, TAXIFY devra faire concurrence également aux taxis qui comptent lui rendre l’existence difficile, avec son arrivée en France. TAXIFY  est déjà sur la visée de l’Union des Taxis de France.
 

Tags : Paris Taxify Uber
Vendredi 20 Octobre 2017 Permalien