Les Stratégies




Lundi 4 Mai 2015

Un rapport publié par Dow Jones VentureSource montre que les capitaux investis dans les sociétés européennes continuent à progresser et que ce sont l'Allemagne, le Royaume-Uni et la France qui bénéficient principalement de ces investissements.


Tendances du capital risque en Europe
Selon le rapport de Dow Jones qui porte sur le 1er trimestre 2015, les entreprises européennes se sont illustrées dans leurs levées de fonds. Par rapport au trimestre précédent, le montant des fonds levés a augmenté de 41% pour atteindre 2,6 milliards d'euros. Toutefois, on observe parallèlement une baisse de 5% du nombre d'opérations réalisées. Christopher Dembik, économiste chez Saxo Bank a commenté le rapport : « Ces chiffres confirment la tendance de long terme, qui est à la hausse, grâce à un afflux très important de liquidités et la bonne tenue des entreprises en Bourse. Cela est dû à la politique de la BCE et, éventuellement, celle de la Fed ».
 
Selon un article publié sur le site Informaticien.com, "les investisseurs les plus actifs sont bipfrance Investment, High-Tech Gruendenfonds Management, Seventure Partners, et Index Ventures. Les domaines les plus porteurs sont les services aux consommateurs (plates-formes de vente sur Internet notamment) devant les services financiers et professionnels puis les technologies de l’information."
 
Le site FrenchWeb ajoute : "L’investissement sur le Vieux Continent a été marqué par de très grosses levées de fonds, notamment dans le secteur Internet, et plus précisément dans la livraison de repas à domicile. La start-up allemande Delivery Hero a par exemple réalisé le plus grand tour de table du trimestre avec 288 millions d’euros, principalement auprès de l’incubateur Rocket Internet, qui a également investi dans Foodpanda (dans le cadre d’une levée de 104 millions d’euros). La maison-mère de HelloFresh a également réuni plus de 111 millions d’euros auprès d’Insight Venture Partners et de Rocket Internet."
 
Pourtant, un récent article paru sur le site du magazine Décideurs.com au sujet des géants de la technologie faisait remarquer que "Côté européen, la situation est à mille lieux de ce qui se joue aux États-Unis. Si l’intérêt médiatique ne cesse de s’intensifier pour les start-up du secteur des nouvelles technologies, le capital n’est pas là. « Le montant investi par les capital-risqueurs stagne, et celui des business angels régresse en France », résume M. Chamboredon, fondateur et P-DG du fonds de capital-risque Isai. Aucune IPO dans la tech n’est d’ailleurs à signaler sur le Vieux Continent."
 
Télécharger le rapport