Les Hommes




Vendredi 31 Janvier 2014

Une nouvelle approche médicale voit le jour à la Fondation Ophtalmologique Adolf de Rothschild pour apprendre à voir à des malades mal voyants.


Reconstruire sa vision : nouvelle approche médicale
Proximité de l’ophtalmologie et de la neuropsychiatrie

Le Docteur Sylvie Chokron est orthophoniste et neuropsychiatre. Elle s’est très vite intéressée aux neurosciences de la vision. Elle évolue aujourd’hui à la Fondation ophtalmique de Rothschild à Paris, dans le quartier des Buttes Chaumont.
Le Docteur Chokron s’est focalisé sur les cas cliniques de troubles ophtalmiques dont l’origine serait liée à un dysfonctionnement cérébral. C’est curieux : l’œil est intact, et pourtant le patient ne voit pas. C’est donc que le message envoyé au cerveau ne passe pas ou passe mal.

Il s’agit du sens de la vue. Et il touche à l’affect d’un individu. Alors, il est naturel pour un praticien de prendre son temps pour observer son patient, le mettre en confiance et lui indiquer que retrouver la vue peut être possible.
Il suffirait d’interpréter autrement les messages envoyés par les yeux des patients, c’est-à-dire changer de perception pour décrypter les images et…voir.
Sans soin, les conséquences peuvent être lourdes

Dans une école primaire de 90 enfants, l’estimation de pathologies qui  pourraient présenter ce type de troubles est d’environ 3 enfants. Il est nécessaire de travailler compte-tenu de l’incidentologie sur un dépistage précoce à la maternelle. Le protocole de la Fondation est en train d’être diffusé à grande échelle pour dépister les troubles de la fonction visuelle et limiter les conséquences cliniques et sociales.

Un enfant de 8 ans est arrivé en consultation chez le Docteur Chokron sans savoir lire. Son comportement était anormal et maladroit. Les médecins ne trouvaient pas d’explication. Le problème visuel était bien présent puisque son regard ne suivait pas.
En quelques années, avec un réapprentissage quotidien de la fonction visuelle, certaines lésions cérébrales abimées ont été réactivées. Cet enfant qui est aujourd’hui au collège suit une scolarité normale.

Un cadeau pour les patients, des origines diverses

C’est un très beau cadeau pour les patients du Docteur Chokron qui apprennent à voir. Ainsi un enfant de 6e a pu voir pour la première fois. Cet enfant était atteint d’une cécité qui a été déclenché par un traumatisme crânien. Auparavant, il était non voyant.

Les diagnostics sont toujours difficiles à poser. Il faut remonter jusqu’à la grossesse. Les origines neurologiques peuvent provenir de contextes à risques, comme les grands prématurés, les anoxies néonatales,…
D’autres éléments peuvent rentrer en compte, comme les syndromes d’Asperger ou d’Asperger « light », mais aussi d’autisme.

La profession des psychomotriciens n’est toujours pas reconnue par l’assurance maladie, et les parents réfléchissent à deux fois avant de pratiquer un bilan psychomoteur qui est souvent facturé plus de 180 euros, sans prise en charge par l’assurance maladie. Ces praticiens sont en mesure d’évaluer les problèmes d’ordre cognitifs et au besoin d’orienter vers un service spécialisé, comme celui du Docteur Chokron. Au-delà du dépistage à l’école qui n’est pas encore mis en place, un bilan psychomoteur pourrait être automatisé dans l’éducation nationale, mais cela ne semble pas d’actualité.