Les Organisations




Mardi 18 Février 2014

Avec des services de moins en moins qualitatifs, et une régularité qui peine, les régions qui pèsent 4 milliards d’aide aux transports ferroviaires régionaux vont geler leurs subventions


Période de gel financier pour les trains régionaux
Effet boomerang

C’est à croire que les régions emploient les mêmes méthodes que la SNCF. En cette première période de froid, c’est à croire que les trains régionaux restent gelés sur les rails. La ponctualité laisse à désirer : retards chroniques sont le quotidien d’usagers exténués.
Des trains sont aussi très souvent supprimés et obligent les salariés qui doivent se rendre à leur poste de travail à s’organiser en co-voiturage de fortune pour éviter de se faire sanctionner à la fin par l’employeur.
Mais ce n’est pas tout, puisque les services diminuent, comme l’amplitude d’ouverture des guichets, ou encore pire, la suppression de certains guichets. Celui de la gare Transilien de Petit-Jouy Les Loges est en sursis. Une machine automatique distributrice de billets a été mise en place. Le service pourtant très appréciable risque de disparaître définitivement pour cette station placée au plein milieu des bois et des habitations qui nécessite entretien régulier et information.

Alors, les régions ont décidé de réagir en employant les mêmes moyens  que la SNCF : prétexte de gel, expliquant le retard, …mais là du point de vue financier. La Région Midi-Pyrénées a décidé de suspendre ses subventions à la SNCF pour avarie de fonctionnement. L’entreprise ferroviaire aurait un manque à gagner quotidien de 400 000 euros. Le trou dans la caisse de la SNCF risque de vite devenir un tonneau des Danaïdes sans action sur le service et la fiabilité du réseau régional.

Des orientations stratégiques qui pèsent sur le réseau régional

La SNCF a annoncé pourtant de nombreux travaux en 2014, notamment sur le réseau régional. Les retards et suppressions de trains risquent de s’accumuler. Toujours pour cette petite gare du Petit-Jouy Les Loges, un changement est nécessaire en gare de Versailles Chantiers en venant de Paris Montparnasse, et les travaux sur le tronçon retardent les trains. La correspondance est ratée, et il faut bien souvent attendre 30mn. La SNCF affirme que sur le réseau régional, les correspondances ne sont pas assurées. Encore une nouvelle excuse.

Par ailleurs, le TGV reste le vecteur de croissance de la SNCF. Et cette année, la baisse de fréquentation est belle et bien réelle, plombant ainsi les comptes de l’entreprise. Le réseau régional ne fait pas partie des priorités, avec un réseau secondaire souvent vétuste. Et pourtant, le dernier kilomètre est stratégique pour la SNCF, contrairement à l’avion qui ne dépose pas ses passagers en centre ville ou en zone proche de la destination finale du voyageur.
Ce gel des subventions des régions devrait provoquer ainsi un électrochoc dont l’objectif est de faire passer le réseau secondaire en priorité.

Mais ce n’est pas tout, puisque les services diminuent, comme les horaires d’ouverture de guichets. Même les petits guichets sont menacés de fermer, comme celui de l’arrêt Transilien de Petit-Jouy-Les Loges sur la ligne C du RER.

Mardi 18 Février 2014 Permalien