Les Stratégies




Mardi 28 Juin 2016

Ce mardi Elon Musk le charismatique patron de Tesla, entreprise de construction de voitures a fait une annonce surprenante devant toute la communauté financière concernant le rachat de SolarCity une entreprise de production d’énergie solaire. Mr Musk qui est à la fois le premier actionnaire et le président du conseil d’administration de SolarCity veut voir ses deux entreprises sous le même toit unies par l’énergie propre. Cette transaction dont Elon Musk ne cesse de défendre son bienfait rend cependant pessimiste beaucoup de locataires de Wall Street.


Les investisseurs restent pessimistes sur le rachat de SolarCity par Tesla
L'offre d'Elon Musk

Elon Musk, le patron de Tesla nourrit le rêve de mettre sur pied l’entreprise leader des énergies propres en rachetant SolarCity. En effet, l’entrepreneur milliardaire qui avait mis sur pied les entreprises en 2003 pour Tesla et 2006 pour SolarCity détient aussi la plus grosse part du capital avec respectivement 21,1% et 22,5%. Il est aussi le président de leur conseil d’administration. Pour lui réunir ses deux entreprises permet de détenir l’unique compagnie au monde qui offre à la fois des panneaux solaires, des batteries domestiques et même une voiture électrique. Ainsi cette transaction pourrait permettre au constructeur de voitures de luxes électriques de pointer avec une hausse boursière de 1000 milliards de dollars. Car Musk met toujours en avant sa politique de l’énergie propre et estime  que le passage de SolarCity sous le joug de Tesla est essentiel dans le développement des voitures électriques et de la production de batteries. Cependant, l’OPA située entre 2,6 et 2,8 milliards de dollars que Musk annonce soulève beaucoup de désapprobations des acteurs du secteur.
 

Le pessimisme des analystes

Avec son idée de réunir en une seule entité Tesla et SolarCity Elon Musk s’est mis au dos plusieurs analystes financiers du secteur mais aussi les actionnaires de ces deux entreprises. En effet, le projet de Musk n’est pas bien accueilli par les investisseurs et actionnaires des deux sociétés qui craignent que l’opération n’intensifie leurs dettes. Déjà Tesla et SolarCity affichent respectivement une dette de 2,5 milliards de dollars et une perte de près d’un milliard de dollars. Donc selon les analystes de Pacific Crest il est contradictoire que des entreprises qui n’affichent pas une bonne santé financière puissent se permettre certaines transactions, des arguments que vont avancer aussi les analystes de Barclays. Tandis que pour Capital Markets le projet est salutaire dans le long terme c’est vrai mais il ne s’aligne pas à la demande actuelle du marché en matière de profits. Deutsche Bank y va sur le même ton en s’appuyant sur le fait que la clientèle a besoin d’abord d’une voiture utile, dotée des technologies de dernière génération et qu’elle n’accorde que peu d’importance à leur solution énergétique. De son côté Ryan Brinkman de chez JPMorgan attire l’attention sur le fait que le rachat de SolarCity par Tesla risque de freiner le succès de la Model 3.
Cependant, Musk a battu en brèche tous les arguments avancé par ces acteurs en affirmant que l’absorption de SolarCity par Tesla va engendrer une forte croissance de la société d’ici début 2017.
 
 

Mardi 28 Juin 2016 Permalien