Les Stratégies




Lundi 9 Mai 2016

En septembre 2015, le monde de l’automobile était secoué par le scandale du trucage des tests anti-pollution de Volkswagen. Ce dernier avait vu sa notoriété diminuée et surtout connue de nombreuses pertes. Aujourd’hui, il cherche à reconstruire sa réputation en s’engageant dans un accord avec le gouvernement américain. De plus, l’aspect multi-marques qui est l’une de ses particularités a été reconduite.


Le redressement de Volkswagen après le scandale de septembre 2015
Un accord avec le gouvernement américain pour redynamiser ses activités

Apres avoir fait face à de nombreuses difficultés, le leader mondial de l’automobile, a signé un accord avec les autorités américaines. Ce qui lui permettra de hausser son chiffre d’affaires après les énormes pertes enregistrées en 2015. Le groupe précise aussi que cet accord s’accompagne d’un nouveau plan stratégique et des diminutions des coûts. Cependant, il pense toujours que les 16,2 milliards d’euros mis de côté pourraient ne pas suffire pour faire face aux éventuels problèmes qui pourraient être liés au scandale. Ce qui le risquerait de le voir perdre des actifs qui pourraient lui servir.

Son directeur financier, Frank Witter, affirme que tous sont d’avis qu’il y a du potentiel, mais aussi la capacité pour le groupe d’atteindre ses objectifs. Et il ne reste plus qu’à reprendre le travail, procéder à des changements et aller de l’avant. Le groupe a annoncé que des logiciels de manipulation des mesures d’émissions polluantes ont été places sur plusieurs millions de voitures. En outre, il pense aussi que les résultats d’exploitation pour l’année 2016 devraient être positifs grâce à la bonne gestion des ventes en Europe et en Chine, mais aussi à la diminution des coûts.

D’autres difficultés attendent aussi Volkswagen. Ce dernier précise que certains soucis devront être résolus pour pouvoir changer son organisation centralisée de trop et qui est reproché de ne pas être vigilant et d’être à l’origine du retard dans la présentation des nouveaux véhicules. La diminution des coûts de sa nouvelle marque VW devra aussi être réglée. Cependant, une mise en accusation est toujours possible pour le groupe du fait de l’enquête judiciaire ouverte à son égard, mais aussi des multiples procédures judiciaires dont il fait l’objet.
 

L’aspect multi-marques, reconduit

Pour le président du directoire, Mathias Muller, les actions ayant pour objectif d’accroitre le bénéfice de l’ensemble de ses marques, mais aussi le perfectionnement de ses unités seront établies d’ici 2017. En outre, la feuille de route dont la publication est prévue en juin  déterminera les priorités et les objectifs jusqu’à 2025. Sur ces différents aspects, il précise que la progression se fait parfaitement. Sur le marché boursier de jeudi, l’action du groupe connait aussi une hausse.

Un montant de 5 milliards d’euros est prévu par le groupe pour la diminution des coûts. Volkswagen espère avoir pour la suite une augmentation de ses marges à 5,4-6,5% pour 2016, alors qu’elles n’étaient que de 2% en 2015. Dans le domaine des voitures électriques, il envisage aussi d’accroitre son offre. Des économies d’un milliard d’euros sur le long terme étaient aussi prévues par le groupe du fait de l’union de ses deux divisions de poids lourds à savoir Scania et MAN.