Les Stratégies




Mercredi 5 Février 2014

Les productions d’énergie se diversifient et se délocalisent. Le réseau électrique français doit donc évoluer tout comme les modes de consommation.


La transition énergétique passe par la modernisation du réseau électrique
Prise de conscience des industriels

Electricité de France gérait directement son réseau jusqu’en 2009. La modernisation du parc de production devait sans aucun doute monopoliser les attentions, plutôt que le réseau électrique. Entre 1992 et 2005, les investissements ont diminué de moitié pour le réseau. Les pannes électriques devenaient de plus en plus longue (presque trois heures et demi en moyenne en 2009). La situation ne peut plus durer.
EDF créé une filiale ERDF (Electricité Réseau Distribution de France) pour redresser la situation. Les rennes sont confiées à Madame Michèle Bellon qui doit commencer par calmer un climat social électrique compte-tenu des externalisations de services et d’opérations ainsi que la suppression d’emplois (non renouvèlement de départs à la retraite). Le réseau est pris en mains, et le service de proximité est nettement amélioré. La durée des coupures est plus que divisée par deux en moins de trois années. Et le réseau est prêt à se moderniser pour accompagner nouvelles technologies et transition énergétique

Une équipe opérationnelle de choc

Qualité du réseau, optimisation et réactivité sont les maîtres mots du réseau électrique français. Mathias Povse, Directeur ERDF Région Nord en témoigne. Ce brillant opérationnel devenu exécutif connaît tous les rouages techniques et organisationnels du réseau.
Sa responsabilité est importante, compte-tenu de l’importance de la zone géographique : forte concentration industrielle qui ne tolère aucune panne électrique, zone au climat rude, région qui accueille l’EPR de Flamanville, concentration d’énergie renouvelable forte (éoliennes et panneaux solaires). Alors il est important d’impliquer le personnel pour donner le meilleur service et se préparer pour l’avenir.
Le Directeur Technique d’ERDF, Gilles Galléan, concentre ses équipes sur l’intégration des nouvelles technologies, mais également sur l’innovation pour préparer la transition énergétique.

Changement des modes de production et de consommation

La transition énergétique implique une meilleure isolation des bâtiments, et des productions décentralisées qui vont être consommées en local, vendues à l’opérateur électrique ou stockées. Le réseau électrique doit donc être maintenu pour faire face aux pics électriques, mais aussi aux intermittences du réseau, selon la performance instantanée des productions locales.
Pour mieux gérer les consommations individuelles, le compteur Linky, dit « intelligent », va être installé progressivement jusqu’en 2020 en remplacement des compteurs existants. Il pourra donc gérer l’entrée du réseau électrique commun, la sortie électrique vers le réseau en cas de production individuelle (éolienne ou co-générateur par exemple), optimiser la répartition électrique, piloter sa consommation et envoyer les données à distance.

Prise de conscience des pouvoirs publics à venir…

La modernisation et l’entretien du réseau électrique doit donc être réalisée. Aujourd’hui ERDF présente le meilleur rapport qualité/prix européen. Une nouvelle fois, c’est la France qui montre l’exemple. Et pourtant, la Cour des Comptes a estimé que 2 milliards d’euros d’investissements étaient nécessaires d’ici à 2020 pour consolider le réseau actuel. Le challenge innovant Européen Horizons 2020 ne privilégiera pas la France par rapport à un autre pays. C’est donc à la France elle-même d’aider cette industrie…