Les Stratégies




Lundi 19 Mars 2012

Il y a un peu plus d'un an, le groupe LVMH annonçait qu'il détenait 17 % du Capital d'Hermès. Face à cette intrusion issue de mécanismes financiers, la famille Hermès qui craint un raid de LVMH, l'a sommé de sortir du capital, en vint. Ainsi, pour se protéger de la voracité de LVMH, Hermès a décidé de constituer une Holding et entend bien évacuer l'intrus.


La stratégie d'Hermès pour contrer LVMH
L'intrusion de LVMH

Le luxe ne connait pas la crise, et LVMH un géant du secteur, possédant notamment des grandes marques telles que Louis Vuitton ou Guerlain, annonçait à la surprise de tous, qu'il détenait au 23 octobre 2010, 17 % du capital d'Hermès. Quelques mois après cette annonce, il avait déjà conquis 21,4 % du capital d'Hermès. L'effet de surprise et la voracité de LVMH ne laissent pas de doute dans les esprits de la famille Hermès, qui voit les actions de LVMH comme une attaque visant à s'octroyer leur société. Cette intrusion n'est pas étrangère au décès du leader d'Hermès, Jean-Louis Dumas, créateur du consensus familial. En effet, sans leader, la famille Hermès se trouve quelque peu désemparée, mais à l'initiative du gérant d'Hermès, Patrick Thomas, la famille a rapidement décidé de contre-attaquer. La volonté familiale est claire : personne ne veut du PDG de LVMH. Ainsi, sur les 70 héritiers du groupe Hermès, une cinquantaine a décidé de créer une holding pour stopper l’appétit de LVMH.

La famille Hermès crée une Holding pour se protéger

Face au géant LVMH, les héritiers d'Hermès envisagent de faire parade avec une holding. Et c'est à l'issu de nombreuses batailles en justice que ces derniers ont finalement obtenu la faveur de la cour d'appel de Paris, en septembre dernier, pour créer leur holding. En y regroupant la majorité du capital des héritiers, soit 51 % sur 73 %,  cette holding empêchera LVMH de poursuivre ses intentions, tout en évitant au groupe Hermès de lancer une OPA, qui lui aurait couté très cher. Et c'est notamment grâce à l'association des actionnaires minoritaires du groupe qui a soutenu les héritiers que la création de la holding a pu être acceptée en justice. Le principal atout d’Hermès étant des valeurs propres à son enseigne, c’est sur ce terrain qu’il était important que LVMH ne vienne pas s’immiscer. Mais l’explosion du marché du luxe renforce l’appétit du numéro un mondial qui dit être un actionnaire « pacifique »

Un passage en force que l'essor du marché du luxe justifie

LVMH est le numéro un mondial sur le marché du luxe, et les experts estiment qu’Hermès aurait dû s'attendre à une attaque suite au décès de Jean-Louis Dumas sans compter qu’un groupe comme LVMH est insatiable, surtout lorsque le marché est en pleine expansion. Et en s'introduisant au capital d’Hermès, LVMH profite encore plus de cette croissance. En Asie par exemple, les ventes d'Hermès ont crû de 34 % en 2010, tandis qu'elles progressaient de 22 % aux États-Unis. La demande est telle, que Hermès a du mal à suivre, et annonçait dans un communiqué que ses prévisions de croissance seraient fonction de sa capacité à produire. La croissance dans la division cuir-maroquinerie a d'ailleurs décéléré par manque d'offres. Ainsi, comme tous les groupes du secteur du luxe, Hermès se porte on ne peut mieux.

Tags : hermes lvmh
Lundi 19 Mars 2012 Permalien