Les Organisations




Lundi 7 Septembre 2015

Pour lutter contre le changement climatique, L’Oréal annonce son ambition d’être une entreprise « carbon balanced » à horizon 2020.


L’Oréal annonce sa "neutralité carbone" pour 2020
Le Groupe a pour objectif de générer des gains carbone au sein de ses projets de sourcing durable en quantité équivalente aux émissions de gaz à effet de serre liées à son activité. Cette annonce a été faite en présence de Nicolas Hulot, envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète et Président de la Fondation Nicolas Hulot, et de Christian de Perthuis Professeur à l’Université Paris Dauphine, Fondateur de la Chaire Economie du Climat.
 
« À trois mois de la COP 21, cette ambition renouvelée montre l’engagement de L’Oréal à prendre sa part de responsabilité en matière de lutte contre le changement climatique. Cette initiative illustre la capacité du Groupe à mobiliser sa puissance d’innovation au service d’un enjeu environnemental majeur aux côtés de ses fournisseurs et des communautés. Les entreprises doivent jouer ce rôle moteur dans la recherche de solutions aux défis de notre temps. »  a déclaré Jean-Paul Agon, Président-Directeur Général de L’Oréal. Nicolas Hulot a expliqué de con côté : « Les entreprises ont une responsabilité et une opportunité historique de lutter contre le réchauffement climatique. Si la COP 21 permet de sceller une volonté coordonnée des Etats et du monde économique d’entrer dans une économie bas-carbone, alors un nouveau chapitre de l’histoire de l’humanité pourra s'ouvrir. » . Enfin, Christian de Perthuis a déclaré : « Les démarches volontaires explorant des modèles d’affaires bas carbone comme celles de l’Oréal constituent un précieux capital d’expérimentation et d’innovation. Pour qu’elles se généralisent, il faudrait que la COP-21 aboutisse à un accord international qui envoie les bonnes incitations économiques ».

Depuis 2005, L’Oréal a réduit de 50% en valeur absolue les émissions de CO2 de sa production alors que cette dernière augmentait de 22% sur la même période. A horizon 2020, L’Oréal entend poursuivre son programme de réduction d’émissions CO2 avec un objectif de réduction de 60% et fait le choix de le compléter par un dispositif innovant de gains carbone avec ses fournisseurs de matières premières, un modèle de sourcing bas carbone. D’ores et déjà, plusieurs projets ont été initiés pour transformer les programmes de sourcing du Groupe vers des modèles bas carbone : amélioration de l’efficacité énergétique sur les chaînes d’approvisionnement, promotion de pratiques agricoles productives et bas carbone, projets de gestion forestière.

Dans les villages du Burkina Faso où près de 22 000 femmes collectent les noix destinées à la fabrication du beurre de karité, L’Oréal proposera par exemple la mise en place de foyers dits « améliorés » (plus économes en énergie) permettant de réduire l’impact carbone de leur activité : en réduisant leur consommation locale de bois, ces productrices pourront également réaliser des économies, et ce dispositif contribuera à la lutte contre la déforestation. Cette initiative sera menée en partenariat avec le groupe Olvéa fournisseur de L’Oréal depuis de nombreuses années pour le sourcing solidaire de cette matière première. En Indonésie, dans la province de Jambi, où L’Oréal source le patchouli qui rentre dans la composition de parfums, un partenariat a été développé avec Firmenich pour créer un modèle inédit et certifié durable de co-culture alliant le patchouli à la production de cannelle. L’objectif est d’optimiser l’occupation des terres agricoles, en apportant un revenu additionnel régulier aux producteurs, et éviter ainsi l’extension des terres arables limitant par voie de conséquence l’avancée de la déforestation.

Pour évaluer cette nouvelle démarche qui sera progressivement étendue à l’ensemble des programmes de sourcing durable du groupe, L’Oréal s’est inspiré des méthodologies développées par les standards internationaux de la compensation carbone. Afin de s’assurer de leur pertinence et pour guider les équipes dans le développement de ce projet, L’Oréal a constitué un comité d’experts internationaux spécialistes du carbone présidé par Christian de Perthuis. Ce comité se réunira une fois par an afin de superviser la méthodologie scientifique ad hoc mise en place et évaluera les résultats qui seront publiés chaque année.