Les Stratégies




Vendredi 5 Septembre 2014

Le magazine professionnel de la distribution LSA vient de publier la nouvelle édition de son classement des 100 premières enseignes de distribution en France, le Top 100 LSA. Les résultats sont mauvais, ces enseignes ayant vu leur croissance se tasser nettement pendant l'année 2013.


Comment vont les distributeurs français ?
Sous l'effet de la crise, les enseignes françaises de distribution ont frôlé leur plus mauvais score historique (en 2009) indique LSA. La crise n'est pas seule en cause, la guerre des prix dans l'alimentaire y est aussi pour beaucoup. En 2013, les ventes des enseignes constituant le Top 100 n'ont en effet augmenté que de 0,7%, à 290 milliards d'euros. Le commerce tout entier est secoué par la crise en France, ainsi que par les premiers effets de la déflation. L'alimentaire, qui normalement est un segment très porteur pour la distribution (70% des ventes du classement) n'a progressé que de 0,5%. Ceux qui s'en sont le mieux sortis, ce sont les indépendants comme Leclerc (+3,2%) et Intermarché (+1,7%) mais aussi Biocoop avec +8% grâce à la montée du bio en France. Bricolage et jardinage ont également souffert en 2013 et même le champion Ikea n'a pas été au mieux de sa forme puisque le géant suédois a enregistré une croissance négative de -4,3% en France en 2013.
 
Du côté des acteurs de la distribution sur Internet, la situation est tout autre. Amazon a progressé de 19,2%, Vente-privée.com de 15% et CDiscount de 10,5%. C'est un peu moins que les années précédentes mais cela reste très bon. En revanche, d'autres distributeurs accusent le coup comme les 3 Suisses (-17,8%), Fly ou La Redoute.
 
Quelques autres observations à noter : la montée des enseignes de mode made in France comme Decathlon ou Les Galeries Lafayette, et le fait que certaines enseignes françaises continuent à résister à l'instar de Kiabi qui devance toujours la marque espagnole Zara.

Voir le Top 100 LSA.