Analyses




Dimanche 1 Mars 2015

Le site néerlandais de réservation d'hôtel sur Internet est attaqué par le groupe Accor pour position jugée dominante. Mais son directeur, Peter Verhoeven, se défend en indiquant que ce sont bien les hôtels qui fixent leur prix et pas sa centrale de réservation.


Booking est très critiqué par l'industrie hôtelière
Lancée à l'origine par les syndicats hôteliers contre le leader mondial de la réservation d'hôtels en ligne, la plainte pour abus de concurrence a été également déposée par Accor, numéro 1 de l'hôtellerie en Europe, auprès de l'Autorité de la concurrence. Son directeur, Peter Verhoeven, ne s'est pas économisé pour venir témoigner dans les médias et défendre le modèle de son entreprise.
 
Ce qui est reproché à la filiale du groupe américain Priceline, c'est en premier lieu le montant de la commission prélevée par Booking sur toutes les réservations, mais également les conditions d'adhésion à la plateforme. Les hôtels ont en effet interdiction de vendre moins cher leurs chambres d'hôtel à leurs propres clients, après avoir eu également interdiction de vendre moins cher ailleurs tout court (y compris sur des plateformes concurrentes). Toutefois cet assouplissement ne résout en rien le problème. En effet, selon un article paru dans l'Obs : "Désormais, un hôtel peut vendre ses chambres moins chers sur les sites du grand rival Expedia (comme hotel.com)…mais c’est une liberté en trompe l’œil car l’hôtelier devrait dans ce cas la vendre sur son propre site plus cher que les sites d’Expedia, et compte tenu des la commission versée à Expedia, il serait largement perdant. Autrement dit, pour le moment, c’est le prix Booking qui est le prix unique des chambres d’hôtel en France."
 
Le directeur de Booking se défend en invoquant l'investissement marketing conséquent derrière son service en ligne. Il explique en outre : "Nous prélevons une commission moyenne de 16,1% sur le prix de la chambre en France : notre taux est de 15% dans les petites villes, et 17% dans les grandes villes. Pour un hôtelier, cela nous semble bien préférable à d’autres méthodes de réservation : si vous réservez la chambre par un tour opérateur ou par une agence de voyages, ces derniers vont garder 25 ou 30% du  prix de vente. Nous ne sommes donc pas une mauvaise affaire… D’ailleurs, en Espagne et au Portugal, deux marchés qui étaient entre les mains des grossistes traditionnels, les hôteliers nous disent merci : grâce à nous, ils font des économies".
 
Booking n'en a certainement pas fini avec la fronde des hôteliers qui gagne actuellement toute l'Europe, de nombreux acteurs craignant que la centrale de réservation ne parvienne à terme à une position de monopole.