Les Stratégies




Jeudi 27 Avril 2017

Dans la course pour l’acquisition de MoneyGram, la structure internationale de transfert d’argent, deux prétendants s’opposent : l’américain Euronet et le Groupe chinois Ant Financial, l’aile financière d’Alibaba. Sur ce dossier, Alibaba augmente considérablement son offre de près de 36%, et propose maintenant 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard d’euros) pour s’approprier MoneyGram.


Alibaba augmente son offre pour s’approprier MoneyGram
Ant Financial désormais seul sur ce dossier

Sur ce dossier portant acquisition du spécialiste des transferts d’argent MoneyGram, et premier concurrent de Western Union, Alibaba, par le canal de son bras financier Ant Financial est désormais seul sur ce dossier. En effet, l’offre formulée par l’américain Euronet a été rejetée par la direction de MoneyGram, a-t-on ce dimanche. Dans le même moment, celle du chinois, qui a été considérablement augmentée de 36%, a trouvé les faveurs du conseil d’administration de ladite structure.

Au cours d’une communication conjointe, les responsables de MoneyGram et ceux d’Alibaba souhaiteraient, dans un total climat de confiance, que les autorisations nécessaires à cette opération soient délivrées d’ici le terme de l’année. Dans les priorités du Groupe chinois, le besoin de rassurer de la totalité sécurité des données relatives aux utilisateurs. A ce sujet, on se souviendra qu’au cours du mois de mars, Euronet, alors en concurrence sur le dossier, disait craindre que l’acquisition de la structure des transferts d’argent par le Chinois ne pose des entraves aux diverses opérations américaines de sécurité contre le blanchiment d’argent par exemple.
 

Une opération d’envergure pour aller vers l’international

Le Groupe chinois lance depuis peu plusieurs opérations pour se positionner sur le marché international. Sur la scène internationale bien structurée et assez développée, MoneyGram constitue sa première grande acquisition. Du point de la nature des activités que l’on connait à Alibaba, ce domaine est un tout nouveau du genre avec les transferts d’argent. Il faudrait noter qu’Ant Financial a déjà à son actif des services en assurance, en crédit, ou encore une banque en ligne.

Avec MoneyGram, la structure bénéficiera d’une implantation sur la scène mondiale avec un peu plus de 350.000 points de vente (boutiques). Mais toutefois, plusieurs conditions doivent être remplies pour cette opération soit actée. La Commission de l’Investissement étranger aux USA (CFIUS) doit fournir son autorisation préalable. Cette dernière est chargée d’évaluer les risques que pourraient présenter des telles opérations (étrangères) pour la sécurité intérieure du pays. Il faudrait encore patienter, en espérant que l’attitude propre au nouveau président américain sur ce type de question ne soit guère une entrave.