Les Organisations




Vendredi 23 Janvier 2015

Les Smacs, ce sont les briques que l'on trouve dans les projets de digitalisation des entreprises, à savoir le Social, le Cloud, la Mobilité, l'Analytics et la Sécurité. Un marché qui va littéralement décoller l'an prochain, selon le réseau Syntec Numérique.


2015 : L'année des projets SMACS
Selon le Syntec Numérique, les Smacs tirent le marché vers le haut, avec une croissance de 18% en 2014, chiffre qui sera probablement doublé en 2015 pour représenter environ 5,4 milliards d'euros, soit 13% du marché des logiciels et des services informatiques.
 
La principale caractéristique des projets Smacs en entreprises, c'est qu'ils ne sont plus tant portés par les traditionnelles DSI mais plutôt par les différentes directions métier. En effet, déjà 20% d'entre eux sont conduits sans l'intervention de la DSI sur 63% des projets impliquant les directions métiers. Même si on peut y voir un progrès dans le sens où les utilisateurs finaux seraient davantage pris en compte, il semble que les problématiques de langage communs et d'outils de gestion de la qualité communs aux différents projets ne soit pas encore résolu. Une des conséquences de l'essor des projets Smacs est que les entreprises de services numériques (ESN, anciennement SSII) et les éditeurs de logiciel à travailler avec de nouveaux interlocuteurs, et plus uniquement avec les DSI. Un vrai bouleversement dans la profession qui doit s'adapter : « Les ESN doivent facturer à l’usage et non au jour-homme, estime Guy Mamou-Mani, président de Syntec Numérique. Les prestataires généralistes qui continueront à faire du « body shopping » disparaîtront. »
 
Le marché du logiciel et des services informatiques retrouve ainsi de la croissance avec +0,4% en 2014 contre -0,2% en 2013. Par ailleurs, selon le Syntec Numérique, la dépense informatique des directions des systèmes d'information progresse et, en parrallèle, donc, la place des directions métiers dans les projets informatiques se renforce. Pour 2015, le secteur conseil, logiciel et services devrait afficher une croissance de 1,5%.
 
Certains analystes nomment les Smacs "la troisième plateforme" (IDC) ou les "business technologies" (Forrester) ou encore "Nexus of Forces" Gartner. Selon ce dernier, en 2012, les achats IT dédiés aux SMAC représentaient 12% des dépenses de logiciels des entreprises. D'ici 2017, ce chiffre devrait atteindre 26%, soit plus de 104 milliards de dollars. « L'adoption de nouvelles tendances technologiques prend souvent plusieurs années avant d'atteindre la maturité, la stabilité et une application sur un large marché. Le SMAC devrait être perçu comme une philosophie de développement et de conception plutôt que comme un produit conditionné», estime Tom Eid, research vice-président chez Gartner (cité par Le Monde Informatique).